• Rallycross France: Les anecdotes de Bernard Hainry

    Rallycross France: Les anecdotes de Bernard Hainry

    Principal artisan de l'aventure Citroën Ouest Compétition du début des années 1990 jusqu'à fin 2009, Bernard Hainry aura réussi à Lire la suite
  • FIA Euro RX3: Nils Volland est prêt à en découdre

    FIA Euro RX3: Nils Volland est prêt à en découdre

    Alors que le coup d'envoi du championnat d'Europe FIA Euro RX sera donné dans deux mois sur le circuit des Lire la suite
  • Rallycross France [Long Format]: Les multiples vies de Bernard Hainry

    Rallycross France [Long Format]: Les multiples vies de Bernard Hainry

    Figure emblématique du Rallycross français, Bernard Hainry se démarque également par une carrière aux multiples facettes. L'occasion pour nous de Lire la suite
  • RallyX Nordic: L'adaptation express de Rasmus Persson

    RallyX Nordic: L'adaptation express de Rasmus Persson

    Transfuge de la catégorie CrossCar Junior, Rasmus Persson figurait parmi les pensionnaires les plus jeunes de la catégorie CrossCar Senior Lire la suite
  • Rallycross France: Tony Bardeau joue la carte de la sécurité

    Rallycross France: Tony Bardeau joue la carte de la sécurité

    Si Tony Bardeau dispose cette année d'une Renault Twingo ex-SET Promotion qu'il tentera de faire briller dans l'arène du Super1600, Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Abonnez-vous

abocliccarrepetit

applicationios

 applicationandroid

aboclicbanniere

 

Extreme E: Kristoffersson et Loeb sous pression

kristofferssonuruguay50331SB3 5047

Au terme d'une première journée de compétition dont les événements n'auront clairement pas joué en sa faveur, Johan Kristoffersson sera contraint à l'exploit ce dimanche s'il veut conserver son titre sur le front de l'Extreme E. Un cas de figure qui s'applique également à Sébastien Loeb.

Si cette dernière étape de la saison 2022 en Uruguay ne devait être qu'une formalité pour un Johan Kristoffersson en passe d'ajouter une ligne supplémentaire à son impressionnant palmarès, le Suédois aux 35 victoires en championnat du Monde FIA a vu rouge.

Il faut dire que tout s'est extrêmement mal goupillé d'entrée de jeu avec une sortie de piste à mettre à l'actif de son équipière Mikaela Ahlin-Kottulinsky dès la Q1 tandis qu'une violente charge de Nasser Al-Attiyah alors que Kristoffersson était parvenu à prendre les commandes de la course en Q2 se soldera par un abandon.

"Le train arrière de la voiture a été un peu endommagé après le contact avec Al-Attiyah et même si je suis parvenu à terminer mon run, la voiture a coupé net une fois après être entré dans la switch zone (la zone où les équipes effectuent le changement de pilote - ndlr), expliquait Kristoffersson ce samedi.

En conséquence, en amont des phases finales, le Team Rosberg X Racing occupe tout simplement la dernière place du classement. Relégués en "Crazy Race", Kristoffersson et Ahlin-Kottulinsky n'auront pas d'autre choix que celui de remporter la course de repêchage pour accéder à la finale s'ils souhaitent conserver la première place du classement général et remporter le titre.

Sauf que rien ne sera simple puisque Kristoffersson retrouvera un certain Sébastien Loeb au départ de cette même Crazy Race. Stoppé dès la Q1 suite à la sortie de piste de son équipière Cristina Gutiérez, l'équipage du Team X44 a été contraint de changer de châssis. Un joker qui se traduira par une pénalité de 5 secondes durant la crazy race à venir en début d'après-midi.

De son côté, Kevin Hansen a fait le job avec son équipière Molly Taylor en offrant à sa nouvelle équipe Veloce Racing le gain de la première place des qualifications devant les paires Sainz/Sanz et Hansen/Munnings. Une chose est sûre, le match à trois pour le titre entre Kristoffersson, Sainz et Loeb est encore loin d’être joué.