Abonnez-vous

abocliccarrepetit

aboclicbanniere

World RX Esports (Barcelone): Une entrée en matière réussie

dirt5

A défaut de compétition véritable le week-end dernier, la première étape Esport du World RX sur le circuit de Barcelone s'est révélée intéressante à plus d'un titre.

 

Certes, rien ne remplacera les émotions générées par une véritable étape du World RX, mais charge est de constater que cette confrontation d'un nouveau genre pour les pensionnaires du World RX qui ont eu le loisir de se mêler à un panel de purs spécialistes du e-gaming et de pilotes venus d'autres horizons, fut une réussite.

Diffusée sur la plateforme Youtube, l'épreuve aura rassemblé 57 200 spectateurs. Un chiffre intéressant puisque, à titre de comparaison, les vues cumulées par le championnat de France de Rallycross sur cette même plateforme sur les 8 épreuves de la saison 2019 représentent une audience de 68 200 spectateurs.

Autant dire que cette première tentative, et même si quelques ennuis techniques n'auront pas permis à Johan Kristoffersson de participer à cet événement, méritait le détour. Certes, le nombre limité de plans sur la plateforme DiRT ne permet pas de suivre une épreuve Esport avec la même degré de précision que dans la réalité pour le téléspectateur, mais il faudra reconnaître que le niveau de compétitivité de cette grande première fut pour le moins relevé.

 

Si on pensait les e-gamers capables de disposer d'une bonne marge de sécurité, les purs spécialistes du World RX ont su démontrer des aptitudes évidentes pour finalement aboutir à la victoire du suédois Mattias Adielsson. Troisième du championnat d'Europe des Rallyes en 2019 et actuel leader du championnat de Suède, Adielsson ne demeure toutefois pas un novice dans l'exercice du Esport et avait pour avantage de s'appuyer sur une double casquette bien utile pour lui permettre de venir à bout d'une fratrie Dall'olmo annoncée en qualité de grande favorite en compagnie du gamer tchèque Lukas Mateja.

Une chose est sûre, les écarts que l'on imaginait conséquents entre spécialistes du World RX et spécialistes du Esport furent bien plus limités que prévus. Seuls Timmy Hansen et Kevin Abbring ont su rejoindre le stade de l'ultime confrontation de l'épreuve tandis qu'Andreas Bakkerud, sans une erreur dans le dernier tour de sa demi-finale, aurait également pu faire partie des cinq pilotes qualifiés pour la grande finale de même qu'un Marius Bermingrud pour le moins bluffant en qualifications.

 

Soit un excellent dérivatif en cette période troublée par la pandémie de coronavirus, et ce, même si la pratique du Esport demeure à prendre avec des pincettes pour certains.

A commencer par Jonas Kruse. Désormais relégué à un rôle de commentateur et d'analyste pour la télévision suédoise, l'ancien double champion de Suède des Rallyes et mentor de pilotes de la trempe de Patrik Sandell et PG Andersson qu'il aura su emmener jusqu'aux sommets du JWRC.

"C'est parfait pour se faire la main, note l'ancien capitaine de l'équipe nationale Junior suédoise.

"J'ai déjà eu l'opportunité de me retrouver derrière un véritable simulateur à Boson [le camp d'entraînement de la Fédération Suédoise du Sport automobile - ndlr]. On retrouve les mêmes sensations que si nous étions installés aux commandes d'une véritable Supercar. Si vous êtes trop généreux avec la pédale d'accélérateur ou que vous ne respectez pas les principes de base du pilotage, le simulateur vous le fera payer. Autant dire que le Esport constitue un très bon palliatif en ce moment"

 

Toutefois, être un pilote de pointe dans le réel ne garantit pas un succès immédiat dans l'univers du virtuel. A commencer par un Johan Kristoffersson dont la relation au e-gaming n'est pas franchement une évidence.

"Même si la réalité et le virtuel sont de plus en plus proches, on ne pourra jamais retrouver les véritables sensations que celles que l'on peut ressentir aux commandes d'une véritable voiture de Rallycross. Si on mettait les spécialistes du Esport face à Johan Kristoffersson à Holjes, ils prendraient dix secondes dans la vue sur un tour lancé. Les spécialistes du Esport passent quantité d'heures à s'exercer et il est évident que si un pilote comme Johan Kristoffersson pouvait faire de même, il serait lui aussi capable de les challenger"

Rendez-vous dans 15 jours sur la piste de Montalegre pour la prochaine étape au Portugal qui devrait assurément valoir le détour.